Les dernières énigmes du calendrier 2017

Bonjour,

 

décidément, on est mauvais pour la tenue à jour de ce blog… du coup, on a abandonné les énigmes, et on a sorti le nouveau calendrier sans surprises auxquelles répondre, mais accompagnés d’un bouquin. Je ferai un autre post à ce sujet.

 

Mais là il s’agit de donner les réponses des deux calendriers pour les mois de novembre et de décembre.

 

En novembre, sur le petit calendrier, nous avions Mohamed Ali, le boxeur militant des droits civiques aux Etats-Unis.

Sur le grand calendrier, il s’agissait bien entendu de Jack London, encore une scénette réalisée avec nos objets du quotidiens, la carte de l’Amérique du Nord du magnifique bouquin Cartes, aux éditions Rue du Monde, une peluche de loup de l’Enfant, le voilier en bois de mon père, la mâchoire de loup de Nico… tout ça brillamment redessiné par une copine, pour un beau résultat.

Le mois de décembre maintenant.

Sur le grand calendrier, il s’agit du dessin de l’Enfant, où nous voyons un poulpe, un ballon, la Terre et la Lune, et le Nautilus perdu au fin fond de l’océan. Il s’agissait bien entendu de Jules Verne.

En ce qui concerne le petit calendrier, nous avons beaucoup hésité. Jusqu’ici, les personnalités choisies étaient des hommages, des plaisanteries, des clins d’oeil. Et uniquement des personnages, parmi les personnages réels, avec lesquels nous n’avions rien à voir, d’aucune façon. Mais puisqu’il s’agissait des morts de l’année 2016, nous n’avons pas vraiment pu nous empêcher de penser à ces morts dont on a parlé presque tous les jours mais dont la mort et la disparition ont moins ému que celle de Castro ou plus récemment de Johnny. C’était donc une façon pour nous de se souvenir d’Alep et plus généralement de la Syrie, en espérant que ça ne sera pas mal compris.

La photo dont nous nous sommes inspiré est celle-ci, et malgré notre blague quasi quotidienne sur le pays le plus cool du monde, un an après cette pensée pour la Syrie, on se dit qu’aujourd’hui encore on pourrait avoir la même pour Alep encore, mais aussi pour le Yémen.

Laisser un commentaire